Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Dib hamza

la jiziya (impots) et le statut de (dhimmi) pour les non musulmans en terre d islam

5 Février 2011 , Rédigé par Dib Hamza

jizia.jpg

 

 Ce n’est pas de la tolérance que jouissaient et jouissent toujours les non-musulmans chez eux, en terre de l'Islam. Ils y jouissent de bien plus. Ils y jouissent de la citoyenneté pleine et entière avec la garantie de leurs intégrités physique, patrimoniale, morale, mentale et confessionnelle. Face à l’écrasante majorité des musulmans chaque membre des minorités religieuses y jouit pour cela et de la part de la toute puissance de l’Etat, du statut de dimmi. Selon le dictionnaire arabe Al-Mouhit, dimmi veut dire ceci :

الذِّمِّيُّ : المُعَاهدُ الذي أُعطِيَ عَهداً يَأْمَنُ بِهِ على مالِهِ وعِرضِهِ ودِينه.

  Traduit en français, cela donne quelque chose comme : « Celui auquel l’Etat garantit l’intégrité physique, l’intégrité patrimoniale, l’intégrité morale et l’intégrité confessionnelle » Il s’agit en fait du parfait privilège de protégé de l’Etat. Un tel privilège n’en jouit en général que les parlementaires, les grands commis de l’Etat et les membres du corps diplomatique. Y a-t-il avant l’islam meilleur statut au monde pour les minorités religieuses ???

     Les détracteurs de l’islam, répondront de sitôt qu’un tel statut n’était pas gratuit mais avait un prix, à savoir le payement de la jizia. Ce qu’il faut leur rappeler, c’est que la citoyenneté dans tout Etat a toujours eu un prix. Aujourd’hui avec la taxe sur la valeur ajoutée dite TVA, même le mendiant paye ce prix. Car il suffit de consommer pour s’en trouver ipso facto taxé. Qu’est-ce qu'en l’occurrence la jizia selon le dictionnaire arabe Al-Ghani ?

جِزْيَةٌ 

 Traduit en français cela donne « ce que versent les non musulmans en terre de l’islam comme impôt » Or pour financer les services publics, l’Etat musulman prélevait des musulmans entre autres la zakat, qui est un dû à caractère cultuel et calculé pour cela d’une manière déterminée. Par respect aux convictions de ses citoyens non musulmans le même Etat ne devait les assujettir à un tribut à caractère cultuel islamique. Mais par souci d’égalité entre tous les citoyens en matière de fiscalité, il se devait d’en percevoir un impôt équivalent selon les capacités de chacun. Ce fut la jizia.

      La tolérance n’est donc pas le mot approprié pour qualifier l’attitude des musulmans envers leurs concitoyens non musulmans. La tolérance sous-entend l’effort de supporter et d’accepter l’autre. Et ce n’est pas de cela qu’il s’agit dans le monde musulman. La charia garantit à tout le monde la citoyenneté pleine et entière. Elle a été de ce fait et paradoxalement la meilleure garantie de la laïcité de l’Etat pour tous les citoyens non-musulmans. En d’autres termes l’impartialité des pouvoirs publics dans l’Etat musulman vis-à-vis des cultes des non musulmans, fait partie de la charia. 

         C’est ainsi que la laïcité au sens propre et noble du terme, tant vénérée aujourd’hui en Occident, n’était que copiée sur celle qui, en conformité avec la charia-même, a toujours été en vigueur dans le monde musulman depuis des siècles. Mais elle n’y signifie nullement séparation de l’islam du pouvoir. Une telle séparation n’est pleinement justifiée qu’hors du monde musulman, où toute religion dominante a montré le long de son histoire la non reconnaissance des autres cultes. Il en est tout autrement de l'islam. Il reconnaît la liberté de culte à tous et garantit la citoyenneté pleine et entière à tous les non-musulmans au même titre que les musulmans.

        Il n’y a donc nulle antinomie entre le vécu de la charia et la citoyenneté pleine et entière des non-musulmans en terre de l’islam. Nous en voulons pour preuve toute cette longue histoire où nulle communauté non-musulmane n’y a connu la moindre persécution ou vexation. Citons à titre d’exemple les Chrétiens d’Egypte et de la Grande Syrie , et les juifs d’Afrique du Nord et d’un peu partout dans le monde musulman.  Les juifs surtout qui étaient partout persécutés, n’ont jamais connu la paix pleine et entière que dans leurs pays régis par les nobles valeurs garanties par l’islam à tout être humain.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article